Série animée: Sword Art Online

 

Sword-Art-Online 1 JPEG

  • Genre: Drame, médiéval-fantastique, simulation.
  • Langage d’origine: Japonais.
  • Saisons: 2+

En 2022, un premier univers virtuel voit le jour. Il s’agit de « Sword Art Online » (SAO), une réalité alternative prenant la forme d’un jeu de rôle en ligne multijoueurs. À l’aide d’un casque stimulant les 5 sens à partir du cerveau, les joueurs sont à même de ressentir et de contrôler leurs personnages par la simple volonté.

L’un des anciens testeurs du jeu, Kirito, retourne sur l’univers de SAO le premier jour de sa sortie. Comme les dix-milles autres joueurs s’étant connectés, il y découvrira très vite qu’il en est prisonnier. Dans sa folie, le créateur de SAO les mets au défi de vaincre son jeu, de se rendre au centième étage de la tour et d’en pourfendre le gardien.

Incapables de se déconnecter manuellement, ils ne peuvent s’échapper du jeu. Si une personne extérieur tente de leur enlever le casque virtuel, leur cerveau sera grillé. Tout aussi effrayant, s’ils meurent une seule fois dans la réalité alternative, le casque les condamnera dans le réel… une seule façon de s’en sortir existe: vaincre le jeu!


Depuis plusieurs années, les animés tentaient de transposer à l’écran l’essence des jeux de rôle en ligne, en vain… jusqu’à Sword Art Online! Ne vous laissez donc pas influencer par les terribles séries « .Hack », ou par la très moyenne « Ragnarok Online », SAO est un vent de fraîcheur totalement différent de ses prédécesseurs.

Pour commencer, l’histoire n’est pas superficielle. Des thèmes comme la mort, les traumatismes, ou la sociologie des jeux en ligne y sont récurrents. Les personnages sont variés et forment une micro-société plausible, mais on sent leur désespoir, leur désir de soudainement s’éveiller comme si tout n’avait été qu’un mauvais rêve.

Comme tout jeu de rôle en ligne, il y a de jeunes adolescents, mais aussi des adultes et de très jeunes enfants, qui eux sont complètement vulnérables et dépendants. Dès l’apparition du créateur du jeu, on sent que SAO n’est plus un divertissement, mais un champ de bataille où la mort frappera, ébranlant l’ensemble des participants.

La mort est ici traitée avec déférence. Chaque perte de personnage est significative, non seulement pour ses amis, mais aussi pour leurs chances à tous de s’en sortir. La perte de leurs frères d’armes, de membres de leur nouvelle famille, entraîne chez les joueurs des conséquences psychologiques, ajoutant au désespoir.

Heureusement, SAO aborde aussi des thèmes plus légers, comme l’amitié, la découverte de soi et les amours en ligne. La relation entre Kirito et Asuna est magnifique, plausible et tout en simplicité. L’ensemble des joueurs ont d’ailleurs des comportements cohérents, certains essayant même de tirer avantage de la situation, d’accumuler une grande influence.

C’est une série qui vaut la peine d’être vue, que l’on soit fan de jeux de rôle en ligne ou non!

Sword-Art-Online 2

Advertisements

Série web: Noob

 

noobs

  • Genre: Comédie, médiéval-fantastique, simulation.
  • Langage d’origine: Français.
  • Saisons: 5+

« Noob » est une satire sur l’univers des MMORPG et la culture geek en générale. Nous suivons ici les aventures d’une guilde de perdants, incapables de fonctionner en groupe et donc, de terminer les premières instances du jeu « Horizon ». Celui-ci ayant un certain âge, la plupart des guildes sont de hauts niveaux et refusent désormais l’adhésion des « noobs ».

Cette bande hétéroclite sera donc forcée de travailler ensemble, n’ayant nulle autre part où aller! Composée d’une magicienne avare et manipulatrice, d’un roublard misogyne, du pire prêtre ayant existé, d’un chef quasi dépressif et autrefois bannit, l’équipe fera de son mieux pour franchir la barre du niveau 10. (sur 100!)


Après plusieurs années à expérimenter en vidéo amateur, cette équipe de passionnés trouva finalement le ton juste avec cette série, gagnant le coeur de la francophonie en ligne. Au départ de simples clips de 2 ou 3 minutes, la série devint de plus en plus populaire, avec des vidéos d’une vingtaine de minutes, voire plus.

Jusqu’à présent, 5 saisons ont étés tournées, ainsi que de nombreux épisodes spéciaux. Des films sont en préparation, ainsi qu’un MMORPG à l’image de la série. Il faut aussi compter les romans, les bandes-dessinées, les jeux, les mangas, etc. Bref, un beau succès populaire, amplement mérité.

Si vous êtes amateur de jeux, particulièrement de MMORPG, c’est une série à voir. Il existe des factions avec différentes icônes sur la tête, des « players killers », des « gold farmers » chinois, des mises à jours, tous les classiques du genre y sont. Noob n’a qu’une seule règle, ne pas se prendre au sérieux, d’où le secret de son succès!

http://noob-tv.com/

Annonces de films DC et Marvel

 

Batman vs Superman Dawn of Justice 25 mars 2016

Il y a quelques jours, « Warner Bros. » annonçait sa fiche de sorties de films pour l’univers de « DC Comics » jusqu’en 2020. Le PDG Kevin Tsujihara en a fait l’annonce de façon très simple et très sobre pendant une réunion des actionnaires de WB. Voilà les seules et uniques informations confirmées par la compagnie:

(Aucune date n’est confirmée hormis Batman vs Superman, le reste n’est que rumeurs!)

  • 2016 – Batman vs Superman, Dawn of Justice. (25 mars)
  • 2016 – Suicide Squad. (David Ayer, réalisateur)
  • 2017 – Wonder Woman. (Gal Gadot, actrice)
  • 2017 – Justice League. (Zack Snyder, réalisateur)
  • 2018 – Aquaman. (Jason Momoa, acteur)
  • 2018 – The Flash. (Ezra Miller, acteur)
  • 2019 – Shazam. (Dwayne Johnson, acteur pour Black Adam)
  • 2019 – Justice League 2. (Zack Snyder, réalisateur)

Deux autres films s’ajoutent à la liste, toutefois sans précision sur l’année de leur sortie:

  • **** – Green Lantern. (reboot)
  • **** – Cyborg. (Ray Fisher, acteur)

*Kevin Tsujihara à aussi confirmé qu’il y aurait au travers de cette liste des films solo pour Barman et Superman. De quoi ravir les fans, assurant presque 3 films de DC par ans jusqu’en 2020!


 

Ant Man 17 juillet 2015Avengers 2 1er mai 2015

 

 

 

 

Quelques jours plus tard, « Disney » en faisait autant et révélait la phase 3 de l’univers « Marvel ». Son approche, complètement différente et beaucoup plus porteuse… La presse Hollywoodienne fût convoquée à une annonce surprise, ainsi que les fans. « Warner Bros. » devrait prendre des notes…

  • Écran géant.
  • Mises en scènes de Chris Evans et Robert Downey Jr.
  • Courts métrages mettant en vedette les héros de Marvel.
  • Présentation sur scène du comédien devant jouer Black Panther (Chadwick Boseman).
  • Séance de questions-réponses.
  • Animations et humour.
  • Non seulement les dates précises de sorties sont choisies, mais les graphiques sont déjà faits!
  • 2015 – Ant Man. (17 juillet, Paul Rudd comme acteur)
  • 2015 – Avengers: Age of Ultron. (1 mai, James Spader pour la voix d’Ultron)

Pour le reste… je laisse le graphique parler de lui-même, mais ici aussi les fans seront ravis… Marvel passe officiellement à 3 films par an!

Marvel

 

Nouvelles séries de DC

L’univers de DC s’agrandit une nouvelle fois au petit écran. Trois nouvelles séries s’offrent à nous cette saison, mais la question se pose… aurons-nous droit à la même déception qu’avec la série « Arrow » sur CW? Pour le moment du moins, tout laisse à croire le contraire…


 Gotham

« Gotham » est une série policière mettant en vedette le personnage de James « Jim » Gordon, au tout début de sa carrière d’enquêteur dans cette ville. Autrefois militaire, puis policier dans une autre ville, Jim se voit attribuer un premier dossier délicat: le meurtre des Wayne, grands philanthropes, laissant dans le deuil leur fils Bruce.

Cette fois, pas de saut dans le temps pour voir la création de Batman et c’est tant mieux. La série explore le passé des autres personnages légendaires de la ville, nous démontrant de quelle façon ils sont devenus emblématiques. En cette première saison, nous sont présentés les personnages qui deviendront un jour le « Pingouin », la « Femme chat », « Poison Ivy » et le « Sphinx ».

La série semble posséder un budget enviable, de par son nombre de personnages, le scénario et l’absence de décors en carton. Les tournages extérieurs sont fréquents, le jeu des acteurs de bonne qualité et jusqu’à présent, l’histoire est plausible et cohérente. L’acteur jouant Jim Gordon apporte subtilement la gestuelle du même personnage dans la trilogie du « Chevalier noir ».

Je dois dire que le casting est très bon, particulièrement pour Oswald, Jim, Bullock et Selena. Il y a par contre un manque de subtilité dans la présentation des personnages comme « Poison Ivy », dont le prénom devrait être Pamela, mais ici c’est tout bonnement « Ivy »…

Quelques scènes sont aussi légèrement caricaturales pour les criminels sur lesquels Jim Gordon enquête, mais rien de majeur qui gâche l’expérience. Le scénario et le jeu des acteurs offrent un bon divertissement, mais j’avoue que pour moi, c’est Oswald, alias le « Pingouin » qui vole la vedette! Du beau travail, surtout que je détestais ce personnage depuis Danny DeVito.

 


constantine

« Constantine » met en vedette le célèbre exorciste de bandes dessinées, précédemment joué par Keanu Reeves dans le film du même nom. L’apparence est néanmoins respectée ici, que ce soit la couleur des cheveux, la barbe ou le « trench coat » beige à la Colombo. Je vous avoue n’avoir regardé qu’un seul épisode jusqu’à présent, j’écris donc sous toute réserve.

Les 10 premières minutes ne m’ont pas emballées, je n’étais pas sûr d’aimer… mais aussitôt que John Constantine est retourné s’occuper des vilains, le charme s’est mis à opérer. En fait, plus l’histoire avançait, plus j’aimais! Autre bon point, le personnage est ici très près de l’enfoiré qu’il est dans la bande dessinée! J’ai très hâte au second épisode.

La série semble avoir un budget respectable mais le style ne se veut pas léché comme « Gotham » ou « Arrow », c’est beaucoup plus réaliste en image. Les effets spéciaux sont assez courants et TRÈS réussis pour une série, que ce soit à l’ordinateur ou à la salle maquillage. John n’est pas seul non plus, déjà des alliés de la bande dessinée ont étés introduits.

Les tournages extérieurs sont fréquents, mais il manque parfois de figurants niveau réalisme. Heureusement, les démons et autres créatures s’activent la nuit et dans le secret, ce qui justifiera plus souvent qu’autrement leur absence. Je ne peux pas encore parler du jeu d’acteur et du scénario, un seul épisode c’est bien peu. Parcontre, cet épisode je vous le conseille fortement!

 


The-Flash

« The Flash » est une série introduisant la transformation et les aventures de l’homme le plus rapide de la terre, Barry Allen, alias « Flash ». Le personnage et l’acteur qui le joue, ont étés introduits dans la 2e saison de « Arrow » alors qu’ils n’avaient aucuns pouvoirs. Le style, le format et le budget sont donc comparables, ce qui est nécessaire puisque certains personnages passeront d’une série à l’autre.

Il y a cependant des différences majeures avec « Arrow »… pour commencer un héros sympathique et un comédien beaucoup plus talentueux. Ensuite, ce personnage possède un super pouvoir, donnant un tout autre rythme à l’action, beaucoup plus intéressante. En tout dernier, Flash devra affronter d’autres personnages possédant des pouvoirs, diversifiant et enrichissant l’histoire.

Les effets spéciaux sont généralement bons, mais attention, pas de quoi s’accrocher aux rideaux. Le budget est plutôt mis dans le style visuel, quantité de figurants et une multitude de décors… ces derniers de qualité très variables. Le scénario est plutôt basique, nous sommes un peu dans la formule « 1 vilain par épisode » mais cela peut rapidement changer.

C’est une série plus légère que les deux autres et assez sympathique. Je vais définitivement lui donner sa chance, voir ce qu’il en adviendra et si l’histoire prendra en profondeur.

MMORPG pour Mac

Si vous disposez d’un Mac et désirez jouer aux jeux PC, Apple vous en offre l’occasion en fournissant un programme nommé « Bootcamp ». Celui-çi vous permet de scinder votre disque dur afin d’y installer une version de Windows que vous aurez préalablement acheté. Le choix du système d’exploitation utilisé se fera à chaque démarrage.

Si cela vous est impossible, il vous reste néanmoins quelques options, puisque certaines compagnies offrent leur MMORPG en version PC/Mac:

– Elder Scroll Online.

La saga Elder Scrolls est reconnue pour ses jeux solo, tels Oblivion et Skyrim. Ici, 3 coalitions s’affrontent pour le contrôle de l’empire. Il est nécessaire d’acheter le jeu, puis de payer un abonnement.

– Guild Wars 2.

GW2 offre une expérience de jeu aussi vaste que les autres MMO, mais la série est réputée pour ses combats de masse, entre guildes ou royaumes. Une fois le jeu acheté, on peut jouer gratuitement sans aucune limite.

– Star Trek Online.

Tous connaissent l’univers de Star Trek. Il est ici possible de vivre l’aventure avec la Fédération, l’empire Klingon ou l’empire Romulien. Offert en Free-to-play, avec avantages si abonné.

– Lord of the Rings Online.

L’univers de Tolkien n’a pas non plus besoin d’être présenté. Faites votre part contre les forces de Sauron, ou amusez-vous à entrer dans la peau d’un monstre et à traquer les aventuriers. Offert en Free-to-play, avec avantages si abonné.

– EVE Online.

Devenez pilote de vaisseau pour l’une des 4 puissances de ce monde, travaillez pour des factions, minez, soyez commerçant ou pirate. Possible d’essayer gratuitement, obligation de s’abonner ensuite.

Trilogie Mass Effect (PC, Xbox 360, Playstation 3)

 

 

  • Titres originaux: Mass Effect, Mass Effect 2, Mass Effect 3.
  • De: Bioware. (EA)
  • Genre et classement: Action, jeu de rôle, science-fiction. (Mature 17+)
  • Langues: Version française ou anglaise unilingue.
  • Plateforme: PC, Xbox 360 ou Playstation 3.
  • Personnage principal: Homme ou femme, personnalisable.

Acclamée par la critique avec plus de 300 prix, encensée par plus de 10 millions de joueurs, la trilogie Mass Effect s’est taillée une place de choix sur le podium des grands titres du jeu de rôle et de la science-fiction. Le succès n’est pas seulement d’ordre technique, mais également d’ordre émotionnel, les 3 volets ayant durablement marqués les coeurs et les esprits.

Dotée d’un scénario exceptionnel, de personnages riches et mémorables, la trilogie se distingue d’autant plus par les conséquences et l’impact de nos choix, nous hantant d’un titre à l’autre.

Personnage:

Le joueur incarne ici le commandant Shepard, homme ou femme, pratiquant la carrière militaire de notre choix. Il est possible de personnaliser notre apparence, ainsi que notre historique. Les sélections influenceront les dialogues et certaines quêtes offertes. Le même personnage sera utilisé tout au long de la trilogie, avec la possibilité d’importer son apparence de jeu en jeu.

Dialogues et choix:

Il s’agit de la grande force de Bioware, permettant aux joueurs de s’immerger comme jamais dans l’aventure. Chaque rencontre ouvre de façon fluide un mode « cinématique », nous permettant de voir la gestuelle et d’entendre la voix de notre personnage, aussi bien que celles des gens nous faisant face. Il appartient au joueur de choisir les paroles de Shepard, mais aussi parfois ses actions, comme frapper, tuer ou étreindre.

Les moyens utilisés pour arriver à nos fins sont aussi laissés à notre guise, que ce soit par diplomatie ou violence. Il faut cependant garder à l’esprit que les choix auront un impact réel sur l’aventure, comme le désir d’un compagnon à se sacrifier pour la cause, ou alors le destin d’une race entière. Les conséquences de nos actes nous suivent de jeu en jeu, pour le meilleur ou pour le pire.

Doublage:

Les voix de la version originale anglaise sont magnifiques. Sans être une garantie de qualité, plusieurs acteurs connus ont participé au doublage, mais ils ont ici été très bien dirigés. Quant à la version francophone… il s’agit malheureusement d’un travail d’amateur, avec en plus des accents et des expressions Françaises.

Comme si ce n’était pas assez, les erreurs de traduction sont fréquentes. Elles changent parfois le sens des phrases, ou traduisent différemment le sens d’un même mot, chaque fois qu’il est prononcé. La crédibilité du jeu et des personnages s’en trouve grandement diminuée. Chacun aimera ou non, mais c’est définitivement du travail bâclé.

Univers complexe:

Profond et riche, l’univers de Mass Effect s’appuie sur des fondations historiques impressionnantes. Chaque peuple et alliance, événement ou guerre, possède un récit unique, crédible et bien documenté.

Ces bases ne sont pas seulement théoriques, elles animent le monde et l’influence à chaque instant. Les décisions prisent par les peuples et les personnages, sont la résultante d’histoires personnelles et communes bien palpables. La politique joue d’ailleurs un rôle bien présent, que ce soit l’humanité cherchant à agrandir son influence, ou d’autres espèces privilégiant leurs intérêts.

Au fils de nos périples, nous accumulons ces connaissances au cours de discussions, ou par mise à jour de notre journal personnel. Les documents sont disponibles en écrits ou consultations audio, un narrateur nous en faisant la lecture. Cette richesse nourrit chaque personnage, sa psychologie et ses motivations, participant à lui donner vie et à maintenir notre intérêt.

Vaisseau et équipage:

Afin de mener à bien sa mission, le commandant Shepard se doit de voyager à travers la voie lactée, un vaisseau est donc mis à sa disposition. Cet appareil, le Normandy, s’avérera beaucoup plus qu’un simple moyen de transport. À tout moment, il nous est possible de s’y déplacer et d’interagir avec l’équipage, ou avec les alliés recrutés en cours de voyage.

Chaque membre possède sa propre personnalité, sa propre opinion sur notre mission, mais plus encore sur les décisions que nous prenons. Le système de dialogue nous permet d’échanger avec eux et d’apprendre à les connaître au fils du temps. S’ils ont chacun leurs propres motivations pour faire le voyage, tous n’auront pas la même facilité à s’ouvrir et à en parler.

Ces échanges, toujours intéressants, nous permettent de découvrir des personnages secondaires uniques et complexes. Il est possible de gagner leur respect, voir admiration, mais aussi leur mépris si nos décisions ne cadrent pas avec leurs valeurs ou objectifs. Être témoin de leurs dilemmes moraux, de leurs craintes ou réussites, créé un attachement profond et durable.

Il nous appartient de décider si soutenir nos alliés dans l’accomplissement de leurs objectifs s’avère une bonne chose. De la même façon, il leur reviendra parfois de choisir ce qui leur est le plus précieux, leur relation avec Shepard ou l’atteinte des buts qu’ils se sont fixés. En tout les cas, tous ne termineront pas le voyage, des décisions crèves coeur devront êtres prises…

Design et esthétique:

L’univers de Mass Effect possède une belle individualité, nous offrant un monde original et unique. En s’attardant à l’architecture, la biologie des espèces ou les costumes, on constate un réel effort à créer quelque chose d’authentique. Chaque élément se marie à merveille, donnant à l’ensemble une impression de naturel et une belle crédibilité.

Les espèces se distinguent les unes des autres, que ce soit par leur taille, leur mode de déplacement ou leur façon de communiquer. Leur attitude générale est mise en évidence, mais tel n’est pas le cas de leur culture que l’on voudrait plus approfondie ou substantielle.

Les graphiques étaient impressionnants à la sortie de chaque jeu, si bien que seul le premier volet semble quelque peu défraîchie aujourd’hui. L’expérience de jeu n’en est pas pour autant diminuée, les jeux de rôles ayant l’avantage d’êtres axés sur l’histoire. Il ne serait pas étonnant de voir une prochaine réédition avec de nouveaux graphiques, pour la Xbox One et la Playstation 4.

Contenu téléchargeable et mode multijoueur:

Les trois jeux possèdent chacun leurs propres contenus téléchargeables, offrant des personnages additionnels ou de nouvelles missions. Il est fortement recommandé de les télécharger puisqu’il s’agit de contenu de qualité, ajoutant quelque chose de tangible à l’expérience de jeu. La trilogie ME inclue déjà plusieurs additions, variant selon la version. (PC, Xbox ou PS3)

Mass Effect 3 est le seul de la trilogie à offrir un mode multi-joueurs, celui-ci est généralement reconnu pour être excellent. Il s’agit d’un mode Coop, mais il n’est pas possible d’y faire la campagne principale. Néanmoins, les batailles et victoires permettent d’augmenter les points de forces militaires qui seront utilisés en mode solo.

Une finale qui choque:

Jouer à Mass Effect, c’est un peu comme écouter une excellente série télévisée s’étalant sur plusieurs années. Le développement des personnages est à ce point profond, de même que l’attachement que l’on a pour eux. Bioware n’a fait qu’une faute majeure tout au long de la trilogie, il s’agit de sa finale et il fût forcé de la corriger!

Les joueurs étaient en droit de s’attendre à un dénouement beaucoup mieux fait, ce ne fût pas le cas. Le finale originale ne démontrait pas ce qui suivait, ce qui arrivait aux personnages, ni l’impact à long terme de nos décisions. La réponse des joueurs fût aussi instantanée qu’elle fût forte de mécontentement.

Bioware eu néanmoins une réaction qui l’honore: celle de l’humilité. Les concepteurs mirent rapidement au point une nouvelle finale téléchargeable, répondant aux attentes des joueurs et à leur curiosité. Il est désormais possible de voir ce qu’il advient de l’univers et de nos compagnons suite à nos décisions finales. N’oubliez surtout pas de la télécharger!

Mot de la fin:

Tout amateur de jeu de rôle ou de science-fiction se doit de posséder cette trilogie. Sans être parfait, il s’agit d’un travail créatif comme il s’en fait très peu. Rares sont les titres à avoir portés une telle charge émotive, vous seriez fou de ne pas l’essayer!

Avengers: Age of Ultron – 1er trailer surprenant!

avengers-2

Le site n’est pas terminé, mais je ne peux m’empêcher d’aborder la principale nouvelle du jour: Marvel lance enfin sa campagne publicitaire pour le prochain film des Avengers. Je dois dire que je ne suis pas déçus!

Commençons par le ton, déjà très intéressant, à l’opposé du premier film. L’ambiance est sombre et déroutante, appuyée par une version macabre de la chanson « I’ve got no strings » de Pinocchio. Cela peut paraître étrange, mais l’effet fonctionne très bien, surtout avec la philosophie qu’expose Ultron, l’antagoniste robotique du film.

On sens déjà une fissure parmi les membres de l’équipe, elle n’en sortira pas indemne quelle que soit l’issue. L’équipe des Avengers a toujours eu un roulement parmi ses membres, Marvel pourrait bien mettre la table pour cette éventualité. Les jumeaux Maximoff semblant disposer d’un temps appréciable à l’écran, ce ne serait pas surprenant qu’ils soient du prochain opus.

Pour les fans, c’est un plaisir de voir l’armure ultime de Tony Stark en action: la « Hulkbuster » affrontera le géant vert dans ce qui semble être les rues de New-York.

Néanmoins, la vedette est sans conteste Ultron! L’intelligence artificielle, ici créée par Stark, impose le respect par sa stature, sa gestuelle et le ton de sa voix. Depuis Loki, nous n’avions pas eu droit à un seul vilain digne de ce nom, les choses pourraient bien changer.

La logique d’Ultron semble avoir une certaine profondeur aussi, je suis persuadé qu’en écoutant le film, il sera difficile de lui donner tord sur toute la ligne. Je cites de mémoire:

– « Vous voulez protéger le monde, mais refusez de le voir changer. »

Décidément, ça s’annonce bien!